Visita de trabalho ao Brasil ;-) UFU, Uberlândia

22Juil/111

The « plane without pills » experiment

Posted by yann

Voilà tout est dans le titre...

C'est samedi matin et nous nous préparons pour notre retour vers la France. Les valises chargées dans l'auto, Eduardo nous conduit à l'aéroport. Nous avons de l'avance, ce qui permet à Pierre d'échanger avec Eduardo les photos du Churrasco de la veille et aussi celle de l'installation d'Edith pour  Manoel.

C'est l'heure, après une embrassade, nous quittons notre hôte le coeur un peu lourd. Puis c'est la montée dans l'avion. Comme je me sens plutôt bien et que la fin du voyage aller s'était bien passé, je n'ai pris aucun "relaxant".

C'est parti, l'avion s'élance pour son décollage... A peine il ne touchait plus le sol, qu'une angoisse quasi ingérable m'envahit... je ne me sens plus bien du tout... je suis blême... Voilà c'est démontré, je ne peux prendre l'avion sans prendre de "relaxant", pour moi c'est atarax... Je prends rapidement un comprimé... qui ne fera effet qu'une heure plus tard. On a déjà atterri à Sao Paulo.

Tant pis, il fallait bien essayer... je pensais pouvoir m'habituer à l'avion, je viens de démontrer que NON.

La galère continue au second aéroport de Sao Paulo, avec plus de 2h d'attente pour enregistrer les bagages. Les avions vers la France sont pleins (c'est le début des vacances d'hiver brésiliennes). On change l'argent brésilien qui nous reste, on mange un morceau, puis nous embarquons de nuit, pour un voyage de 11h (moins qu'à l'aller puisque la terre tourne dans le sens opposé à notre voyage). Il va falloir essayer de dormir.

Manque de chance, Pierre et moi sommes séparés dans l'avion. Tant pis de tout manière il faut essayer de dormir... (oui je l'ai déjà dit... mais cela devient une obsession...) Films, musique, repas, films repas musique coupés par quelques heures de sommeil et la prise d'un autre atarax histoire de vraiment dormir!... Par chance, le vol s'est déroulé sans trop de secousses. Vers 12h nous arrivons sur Amsterdam : port immense vu d'avion, aéroport immense vu de piéton ;-).

Comment dire, on quitte le brésil avec le soleil, une ciel bleu et 29°C... on atterri à Amsterdam avec la pluie et 13°C... Coté langue c'est pas non plus la même chose... fini le doux brésilien chantant dans les haut-parleurs de l'aéroport... maintenant c'est du hollandais... le coup est rude. Pour vous en convaincre écoutez http://www.loecsen.com/travel/discover.php?lang=en&to_lang=16 puis http://www.loecsen.com/travel/discover.php?lang=en&to_lang=25 et cela vous donnera une idée du choc que l'on a eu !

On en profite pour faire quelques achats dans les boutiques duty free (mp4 pour le grand, et une barre de son pour l'Ipod). Il ne reste plus qu'un vol d'1 heure vers Paris.

Fait notable, la sécurité est draconienne chez nos amis hollandais. Rien ne passe, pas même 2 petits jus de fruits de 20cl chacun! Ce n'est pas très grave, ils font leur métier.

On embarque à bord d'un A319, et le commandant de bord... est une commandante, c'est assez rare pour être noté non? Un vol sans encombre grâce au effet latent du second Atarax. Mais bon, à force de ne pas dormir, je suis vraiment à plat. Arrivée à Paris, cela fait 25h que nous sommes partis. Il faut encore patienter 3h avant notre train pour Metz. 3h interminables...avec une envie de dormir pressante.

Ouf on se pose dans le train (il a déjà 10 minutes de retard) et je m'endors presque aussitôt. Du fait le voyage vers Metz est très court. A l'arrivée, les petites familles attendent sur le quai. Tout le monde est content de nous revoir. Les enfants en particulier qui s'empressent de demander ou sont leurs cadeaux!!! Pfff c'est ingrats les enfants non? 🙂

Bon puisque pierre n'a toujours pas écrit la journée mémorable du vendredi.... je vais prochainement montrer les vidéos brésiliennes relatant les faits 😀

Remplis sous: Non classé 1 commentaire
17Juil/111

The « Brasil Blender » experiment

Posted by yann

Avant de raconter mon retour sur notre ville de Metz (Pierre n'a toujours pas narré la formidable journée de vendredi !!! 😀), très pluvieuse en ce moment (et oui chez nous, c'est comme au brésil, l'été est pluvieux! comme cela on peut penser qu'on y est encore ;-)), je vous propose quelques compositions Blender issues de notre séjour au "Biolab do UFU do Brasil".

Ces images peuvent servir de fonds d'écran pas exemple ;-). Mais je vous conseille d'installer Blender et de relancer un rendu pour avoir une résolution d'image supérieure.

Pour commencer un joli drapeau du Brésil en verre .

Cliquez sur l'image pour agrandir

Drapeau Brésil en verre (Cliquez sur l'image pour agrandir)

et son fichier source Blender (zippé) : brazil2.blend

Ensuite j'ai ajouté le logo de l'Université et ai appliqué un matériau de style "plastique". J'ai aussi un peu arrangé l'éclairage :

 

(Cliquez sur l'image pour agrandir)

UFU et Brésil plastique (Cliquez sur l'image pour agrandir)

et son fichier Blender (zippé) : brazil4.blend

Ensuite on ajoute le logo du laboratoire Biolab :

 

Biolab + UFU + Brasil

Biolab + UFU +Brésil (Cliquez pour agrandir l'image)

et son fichier Blender (zippé) : brazil5.blend

On termine par le logo du Biolab (avec ou sans UFU) :

 

Logo Biolab (Cliquez pour agrandir l'image)
Logo Biolab + UFU (Cliquez pour agrandir l'image)

et le fichier Blender (zippé) qui sert à les produire : biolab2.blend et les fichiers SVG (Inkscape) des logos : stuff_biolab_svg

Une archive zip (~10Mo) contenant l'ensemble des fichiers est disponible à l'adresse : http://ian.morere.free.fr/blog/zips/stuff_biolab.zip.

Le tout a été réalisé avec des outils libres (drapeau du brésil issu du site openclipart.org, Blender, Gimp et Inkscape).  Vous pouvez utilisez, modifier ces fichiers à votre guise.

Remplis sous: Non classé 1 commentaire
14Juil/111

The « Adriano’s churrasco » experiment

Posted by yann

Pierre est en retard sur l’écriture de son article sur la venue des télévisions brésiliennes à l'hôpital d'Uberlândia. Tant pis, il anti-datera son article pour qu'il se positionne de manière chronologique.

Je reprends donc. Nous quittons l'hôpital vers 18h, c'est le dernier soir, et il nous faut faire quelques courses pour ramener des produits brésiliens en France. Il faut faire découvrir à la famille les spécialités (du moins celles qui tiennent dans la valise et qui sont transportables dans l'avion : exit le queijo, et la viande si tendre !!!). Mais il est déjà tard et nous avons rendez-vous chez Adriano vers 19h pour la Churrasco. Bon et bien nous seront en retard. Impossible d'y être avant 20h.

Eduardo nous conduit au marché d'Uberlândia pour acheter du Cachaça local, mais en arrivant, toutes les boutiques sont fermées. On décide de se rabattre sur le Carrefour qui lui est ouvert jusque 22h. Eduardo nous dépose devant l'entrée et propose de nous reprendre à l'hôtel vers 20h pour aller chez Adriano. Le compte à rebours est lancé.

C'est Lucas qui nous servira de guide dans les rayons du supermarché pour choisir les produits les plus typiques. C'est parti :

  • Cachaça pour préparer la caïpirinha
  • Guarana (normal et açaï)
  • Chocolats de toutes sortes
  • Caramels
  • Bonbons à la fraise
  • Café du Brésil
  • mini-frites qui sont saupoudrées sur les plats
  • et encore du chocolat...

Le caddie se remplit, et lors du passage en caisse je me demande si j'aurai la place de tout mettre dans la valise! N'ayant pas de sac, j'en profite pour acheter un sac http://www.carrefour.com.br/ :-).

Nous voilà repartis vers le labo (10 minutes à pied) pour récupérer nos affaires. J'éteins l'ordinateur, débranche tout, replace dans l'ensemble dans la sacoche, et je m'aperçois que le bureau est bien vide et que c'est la dernière fois que je le vois. Je suis triste de quitter le Brésil, j'en suis maintenant convaincu. Même si ma famille me manque, j'ai déjà la nostalgie du séjour passé dans ce beau pays, ou j'ai rencontré des personnes très accueillantes et sympathiques.

Le laboratoire est quasiment vide, nous saluons les travailleurs du soir et prenons la direction de l'hôtel, pour déposer toutes les affaires et prendre un douche avant le rendez-vous d'Eduardo.

20h10, on est en retard et la voiture nous attend. Quelques minutes plus tard, nous sommes devant l'entrée de l'immeuble sécurisé d'Adriano. Nous entrons et nous dirigeons vers une grande pièce ouverte que se nomme le "kiosque". Dans cette pièce, se trouve un Churrasco, un four à pizza, un four à pain, un frigo, un comptoir et des tables. Chacun des propriétaires de l'immeuble peut reserver cette pièce pour y organiser une fête.

En arrivant, nous découvront nos deux Adriano en train de faire cuire viandes et "queijo".

A peine arrivé, un verre de bière nous tombe dans la main. C'est pas de chance pour lui, car on a soif après cette longue journée. Puis un second verre... Comme au Churrascaria, l'assiette n'est jamais vide, chez Adriano, c'est le verre qui n'est jamais vide. Mais lui, prudent, consomme du Guarana.

Les viandes et fromages sont cuits et nous les dégustons accompagnés de salades préparées par les femmes de nos hôtes. Pierre (notre irrésistible star de la télévision) les a prises en photos et j'en ai la preuve :

La soirée se poursuit au rythme de la cuisson, des boissons, entrecoupées de discussions plus ou moins sérieuses (l'alcool aidant) en "portuglaise" et en "frenglish", voir même en "portufrenglish" :-D. L'ambiance est très joyeuse, et Vitor (le fils d'Adriano) nous invite à jouer au jeu vidéo sur sa console WII+WIIfit.

Alcimar est le premier à tester ses réflexes, puis c'est le tour de Pierre et Moi. Finalement, les français ne sont pas si mauvais...

La soirée touche à sa fin (mais toujours accompagnée de bière). Chacun se dit au revoir chaleureusement, nos amis brésiliens nous souhaitent bon voyage (car ils connaissent mon aversion pour l'avion), et nous prenons congés.

C'était notre dernière soirée sur le sol brésilien. Mais quelle soirée... inoubliable...

Eduardo nous ramène à l'hôtel, et nous donne rendez vous le lendemain 10h, pour nous conduire à l'aéroport. Nous saluons chaleureusement Bétânia, Juan et Eduarda qui dort depuis longtemps et rentrons à l'hôtel.

Notre séjour est maintenant terminé, je vais devoir m'armer de courage pour affronter les 30 heures de voyage de retour, et surtout les 15h d'avion.

Finalement, que dire du Brésil... "un très beau pays peuplé de très belles gens" ou encore "On vient au Brésil pour le pays, mais on y revient pour les gens".

Voila, notre périple brésilien s'arrête ici. Mais ce blog sera encore actif (du moins je l'espère), avec peut être des interventions de nos collègues brésiliens ;-).

Remplis sous: Non classé 1 commentaire
12Juil/112

The « penúltimo dia » experiment

Posted by yann

Une petite nuit de sommeil, quelques "paõ de qeijo", un bon café, et nous voila de retour au Biolab pour tenter de stabiliser Edith (j'ai un peu aidé)! Pierre arrive finalement à faire fonctionner convenablement sur son poste le synthétiseur vocale avec un accent brésilien et en fait la démonstration à Eduardo. Mais il est déjà 10h et je dois les quitter pour rencontrer Edgard L. pour une présentation de son laboratoire.

C'est très loin ;-), on a mis au moins 1 minutes 30 secondes pour traverser la rue !!!
Il me présente les différents axes de recherche :

  • Réalité augmentée pour l'interprétation des données cardiologiques
  • Réalité virtuelle et augmentée pour la simulation d'une prothèse de bras
  • Classification de signaux EMG
  • Réalité virtuelle et augmentée pour la traitement des phobies

Voici une petite vidéo :

Après quelques discussions à propos des outils utilisés ( Blender, 3ds, Unity...), nous revenons sur le fait qu'il faut réfléchir à une collaboration lors de sa venue en octobre en France. Le rendez vous est pris.

Je retourne au Biolab, pierre se bat toujours avec un windows récalcitrant... grrr parfois on se demande pourquoi on l'utilise encore, ce système! De mon coté, je termine de renseigner le wiki, y ajoute ma présentation de la veille et complète quelques parties de la configuration du serveur Mirabelle.

Il est presque midi et Alcimar nous prie de le suivre pour aller manger chez lui. Nous traversons la ville, prenons quelques "long shortcuts" (private joke) et arrivons à la grille d'un lotissement de maisons neuves toutes plus belles les unes que les autres. Ce lotissement est fermé par un mur d'enceinte. Ce sont des résidences sécurisées comme on en trouve aux Etats Unis et maintenant en France.

Nous visitons rapidement la maison (sans isolation ni chauffage, ce qui fait rêver le mosellan d'adoption que je suis : pas de radiateur disgracieux, ni de cuve à fioul à remplir chaque hiver... par contre pas de bon feu de cheminée lorsqu'il neige dehors :-)). Nous prenons un repas typique brésilien en compagnie de sa famille, et il est déjà l'heure de repartir au laboratoire, car nous avons rendez vous à l'hôpital à 15h avec les télévisions.

Je laisse à notre désormais star de la télé, Pierre, pour ne pas le nommer, le soin de vous raconter cet après midi incroyable... j'espère qu'il ne tardera pas trop ...

Pour ma part je vous retrouve pour le dernier article (ou l'avant dernier, si je raconte notre retour sur Metz) concernant notre périple au brésil  : The "Adriano's Churrasco" experiment ou il sera question d'alcool, de jeux et ... de viande !

Remplis sous: Non classé 2 Commentaires
11Juil/117

The « Slides » and « Edith » experiments

Posted by yann

Je reprends l'écriture (après 30h heures de voyage retour!!!) pour raconter les derniers jours de notre séjour au Brésil. Ils se sont révelés très chargés en travail, en émotions et finalement en alcool :-D. Mais chaque chose en son temps, commençons par le travail et les émotions.

Ce jeudi matin est le jour des présentations, mais il ne faut pas oublier que l'après midi nous avons (enfin surtout pierre) un test d'Edith en situation réelle à l'hôpital d'Uberlândia. Il faut donc corriger les derniers bugs dus principalement à windows et ses mises à jour par forcément heureuses!!! (ce n'est pas Lucas qui me contredira).

Arrivé à 8h30 (après le déjeuner du matin chargé en "pao de queijo" ;-)), je commence par corriger quelques fautes sur mes transparents puis je renseigne le wiki tout neuf du laboratoire avec les manipulations d'installation et configuration faites la veille sur le serveur Mirabelle.

Il est 10h, c'est l'heure d'aller présenter les travaux de recherche réalisés, en cours et futurs.

Pierre est le premier à exposer. Eduardo le présente à l'auditoire en portugais (cher lecteur, c'est important pour la suite de l'histoire !). Pierre réalise sa présentation : "A new method for controlling a scanning communication aid system for the diabled based on a numerical keypad" ouf.... que le titre est long ;-), mais le sujet est tout aussi intéressant que long (j'me rattrappe un peu là... en fait c'est pour faire passer la suite!)

Au brésil, il y a un terme pour, pour les personnes qui parlent anglais avec un très fort accent portugais : c'est le "portuglaise" (dixit Eduardo). Et bien, je pense que pierre ne m'en voudra pas trop si je dis qu'il nous à fait un peu de "frenglish" :-), mais bien évidemment toutes les personnes du sexe féminin de l'assemblée étaient subjuguées par la mélodie de ses paroles... Il est trop fort notre Pierre.

Mon tour vient ensuite... et là ça se gâte ;-). Eduardo, sans savoir lui même pourquoi, me présente en anglais : "This is Mr Yann M..... SHE's assistant professor.... SHE's from metz..." Glups, tout le monde souri un peu et pierre intervient alors en "frenglish" : "Yes he's my wife!", rigolade générale dans l'amphi... Eduardo est un peu gêné, et moi de rajouter en montrant l'annulaire de ma main gauche : "Look the ring!"... Bon ça commence bien...

Allez, c'est parti pour 45 minutes à une heure de présentation en 3 parties :

  • Assisted Navigation for smartwheelchair
  • 3D wheelchair simulator and trjactory modelling
  • Bio-sognals for emotional diagnosis

La présentation se termine par quelques questions et un intérêt certain d'Edgard Lamounier (Professeur d'UFU) pour la partie RV et Simulateur. Il pense d'ailleurs qu'il est possible de collaborer sur un sujet commun. Il me convie à assister à une présentation des travaux réalisés dans son laboratoire le lendemain matin.

Voilà il est midi et nous allons prendre notre repas rapidement au snack afin de pouvoir finaliser quelques corrections sur Edith avant le départ pour l'hôpital.

Cette seconde partie de l'article sera peut être moins drôle mais beaucoup plus forte en émotions.

Nous nous rendons à l'Hôpital d'Uberlândia (Alcimar, Eduardo, Lucas, Pierre et Moi). Nous arrivons dans la chambre du patient, Manuel, qui est alité ici depuis 5 ans, est atteint d'une SLA (http://fr.wikipedia.org/wiki/Scl%C3%A9rose_lat%C3%A9rale_amyotrophique). Nous sommes reçus par un médecin, un étudiant interne (médecin car en fin d'internat), une infirmière, une aide soignante et la soeur du patient.

Lucas prépare et installe les électrodes sur la joue (car manuel peu encore serrer la machoire) et le front du patient (référence). Elle serviront à récupérer l'information de commande tout ou rien pour piloter Edith. Pierre fait les dernières configurations de son bébé Edith, puis Eduardo explique à Manuel le fonctionnement du programme (qui est encore en français).

Dès les premiers essais, il réussi à commander volontairement la sonnette d'alerte d'Edith. Puis il commence bientôt à taper du texte dans l'éditeur... et là on voit dans ses yeux comme une libération, une lueur de joie intense, il est heureux... L'émotion est très forte et presque palpable dans toute la pièce, certains mêmes, sortent ne pouvant contenir leurs larmes...

Les tests sont concluants, mais il faut traduire, faire parler Edith en portugais et aussi  fiabiliser certaines partie du code. Avant de partir, la chargée de communication de l'hôpital, nous informe qu'il faut revenir le lendemain pour refaire une démonstration, mais cette fois ci, pour la/les télévision(s) brésilienne(s).

Nous rentrons au Laboratoire pour tenter de faire parler Edith avec l'accent portugais. Vers 21h, nous avons quelque chose de fonctionnel, mais il est vraiment trop tard pour tenter de l'intégrer de manière propre et robuste dans Edith pour le lendemain. Tant pis ce sera pour une autre version. Pierre doit maintenant se préparer pour sa prestation devant la télévision brésilienne :-).

Remplis sous: Non classé 7 Commentaires
8Juil/114

The « Tux no brasil » experiment

Posted by yann

Chasser le naturel... il revient au galop, c'est bien ce que l'on dit. Et bien c'est vrai. Voila, je l'ai fait, je l'ai commis :

J'ai installé et configuré un serveur Debian LAMP au Biolab pour fournir les services d'un wiki et d'etherpad, le bloc note collaboratif 😀


Dans l'après midi de mercredi, j'ai récupéré une machine non utilisée et y ai installé dokuwiki http://www.dokuwiki.org/dokuwiki, pour que les membres du laboratoire (permanents et étudiants) puissent déposer et partager les documents et ressources qu'ils produisent et utilisent. Cela permet aussi de garder une mémoire des travaux effectués.

EtherPad http://etherpad.org/ est un éditeur de texte collaboratif en temps réel. Il permet par défaut à un maximum de seize personnes de partager un texte en cours d'élaboration (compte rendu de réunion, brainstorming...). Les contributions de chacun apparaissent immédiatement sur l'écran de tous les participants et sont signalées par des couleurs différentes. Une fenêtre de messagerie instantanée est également disponible.

Pierre a nommé ce nouveau serveur : mirabelle en hommage à notre belle ville de Metz 😉 . Voici le petit logo que nous avons mis sur la machine.

Voila Voila... je ne pouvais pas laisser tous ces windows tous seuls... un peu de brassage culturel ne fait pas de mal...

 

Remplis sous: Non classé 4 Commentaires
8Juil/112

uno dos tres quatro : viva bom fim de semana

Posted by pierre

Bon dia à tous,

après avoir passé un weekend chargé en émotions, en images, en discussion (en français/brésilien avec la famille N.), en b.... skol et autres, je vais vous raconter rapidement le déroulement de ce weekend brésilien qui nous a fait parcourrir 1300km, une broutille pour un pays comme le Brésil qui est 25 fois plus grand que la France qui elle est grande comme l'état du Minas Gerais où se situe Uberlandia.

Uno: Début du voyage par une montée vers le nord pour atteindre la ville de Carlos, le thésard que j'ai connu à Metz et qui est de retour dans son pays depuis 15jours.
Dans la voiture les enfants de Eduardo et Béthania sont de la partie, ils ont été fantastiques tout au long du voyage, Félicitations pour eux car cela n'est pas si facile de passer tant de temps dans la voiture surtout en HIVER 😉 en résumé : "très bonne collaboration des enfants" " dixit le papa 😀
Bien sûr dans un voyage comme celui il y a les contraintes parentales qui sont passées comme une lettre à la poste, enfin quand la poste était un vrai service public car on s'attend à certains problèmes grâce à sa privatisation (mais bon ce n'est pas lieu ici 😉  ).
Le voyage se déroule sans encombre jusqu'à Goania (ville de Carlos), un peu galère pour trouver son chemin avec un GPS récalcitrant... mais le père d'Adriano A. (un MCF du Biolab qui a un fils qui s'appelle Victor, et hop une pensée pour mon Victor) qui habite là est venu de bon coeur nous aider, muito obrigado à lui.
Après avoir trouvé notre hôtel grand luxe.... nous avons retrouvé Carlos et sa femme Fabianna et leur nièce pour faire un tour au marché qui grouille de monde où tous sont pris d'une frénésie d'achat de "choses jetables en tout genre" dixit Carlos. Cette visite se termine par une démonstration de Capoeira (sport brésilien et hop une autre pensée pour Emile qui aurait bien aimé voir cela) en pleine rue, une démonstration incroyable de professionnalisme qui m'a aussi fait penser à une connaissance (J. P.) sur Metz qui pratique ce sport, du coup j'ai filmé la scène pour rapporter un souvenir de notre mission au Brésil. La fin de la soirée nous l'avons passée chez un ami de Eduardo (un ancien camarade de classe) qui organisait l’anniversaire de leur fille de 2 ans. c'est là que l'on a pu voir la grandeur de Brésil dans le comportement des gens... Son ami habite dans une tour au 26ème, non les photos ne sont prises d'avion mais bien du balcon de l’appartement... Quand on dit que le Brésil est grand...dans le coeur... car c'est dans la maison de famille de son ami que nous allons passer les 2 derniers jours de notre grande boucle.

Dos: Départ de Goania pour Brasilia et que dire sinon qu'une ville construite en 3 ans au milieu du pays montre que quand "on veut on peut" ( clin des dos yeux à mes camarades militants qui ont du poids dans mon coração 😉 ) même si cela parait impossible et bien les brésiliens y sont arrivés. Cette ville, c'est suite de bâtiment en tout genre avec un design que j'ai beaucoup apprécié et c'est à la capitale brésilienne que j'ai pris mon premier jus de noix de coco à l'ombre de la cathédrale très design, souvenir, souvenir de Thaïlande et de mon voyage au Brésil d'il y a deux ans.

Tres et quatro: Reprise de la voiture pour aller à Rio Quente un grand complexe typique brésilien sans complexes (tout le monde en maillot de bains il y a donc à boire et à manger sur le fil du rasoir 😀 ) qui utilise l'eau chauffée par le volcan pour proposer plein d’activités nautiques. Nous avons bien profité de tout ce confort pour nous reposer et avoir de belles discussions avec nos amis brésiliens. Ceci a donné lieu à l'écriture d'un papier scientifique tant nos neurones étaient chauffés par l'eau qui peut monter à 37,5°. Pour imaginer l'effet que cela fait, c'est comme si vous pouviez nager dans votre douche quand la température est juste bonne, limite trop chaude ;). Quant au papier que nous avons écrit le voici : Decoupling Red-Black Trees from Evolutionary Programming in Byzantine Fault Tolerance.
La fin de notre boucle s'est terminée à l'agence de location à Uberlandia à 10h du matin, après avoir roulé pendant 250km depuis 6h30 du matin.  L'agence ne nous a pas compté le petit retard de livraison (1h20) de la voiture (un Pierre et un Eduardo dans une voiture n’équilibre pas un Yann tjs à l'heure 😉 ), Eduardo s'est chargé de négocier (sa spécialité)  car nous avons eu une panne de voiture qui aurait pu mal se terminer perdu au milieu de nul part en plein centre du désert Brésil (relire le billet de Yann sur ce point).

Maintenant la boucle en image:

Et voila la fin de notre WE, vous aurez la suite une autre fois, car la fin de la semaine est très chargée, conférence et surtout installation du système EDiTH à une personne atteinte de SLA depuis 8ans...

 

 

Remplis sous: Non classé 2 Commentaires
8Juil/112

Rio Quente : the « caïpirinha » experiment

Posted by yann

Après une très bonne nuit (Eduarda ne nous a même pas reveillés), nous prenons le chemin du petit déjeuner. Pierre qui aime les risques se fait confectionner une crêpe de Manioc fourrée au queijo... heu... fromage et recouverte de lait concentré sucré!!! et oui vous avez bien lu... mais cette fois, il n'a pas pu aller au bout, trop sucré et trop de fromage.

Les valises sont faites rapidement et nous quittons l'hôtel pour la maison d'un ami à Eduardo, toujours à Rio Quente. C'est une maison de vacances très jolie et très spacieuse : comme à l'hôtel, chacun possède sa chambre et sa propre salle de bain! le luxe quoi.

Après avoir déposer nos affaires nous reprenons la route du parc aquatique pour profiter de cette belle journée ensoleillée.

Nous décidons de profiter de la "Plage" et oui, vous avez bien lu, une plage en plein milieu du brésil avec son terrain de beach-volley et son sable blanc. Béthania en profite d’ailleurs pour nous montrer qu'elle est très bonne volleyeuse en se joignant au groupe qui était en train de jouer.

Mais que serait une plage de sable blanc sans la mer et les vagues... et bien nos amis brésiliens ont pensé à tout, ils ont amené les vagues. Et ils sont tellement fort qu'ils fixent même l'heure des marées : les vagues déferlent sur la plages pendant 30 minutes, pour ensuite s'arrêter pendant 30 minutes.

Nous passons une bonne partie de la matinée à se faire ballotter dans les vagues avec une eau à 30°C minimum!!! Mais même si nous sommes en hiver le soleil du Brésil est fort, et mes épaules s'en souviennent encore.

La journée s'écoule doucement au rythme des marées brésiliennes de l'intérieur des terres ;-). Finalement Pierre et Juan-Antonio font un tour de canoé sur le petit lac rempli de poissons.

Le soleil commence à tomber et nous sortons du parc pour nous rapprocher d'une pizzeria pour le dîner.
N'ayant pas non plus trop peur des tests culinaires je décide de prendre en apéritif le fameux
"caïpirinha". Wikipédia http://fr.wikipedia.org/wiki/Ca%C3%AFpirinha nous apprend que c'est un cocktail brésilien (originaire de l'état de São Paulo) préparé à base de cachaça (alcool de canne à sucre brésilien), de sucre de canne et de citron vert. C'est très bon mais c'est assez fort et la pizza est la bienvenue après l'apéritif pour en atténuer l'effet :-D.

Finalement nous rentrons assez tôt, car il faut prendre la route le lendemain vers 6h30 pour rendre la voiture de location à temps.

Nous prenons la route sans retard et profitons des beaux paysages éclairés par un soleil naissant. Les kilomètres défilent, tantôt des lignes droites, tantôt des tracés sinueux, mais toujours avec une nature omniprésente :

Finalement nous arrivons à Uberlândia vers 9h30. Après avoir déposer nos affaires à l'hôtel, nous reprenons le chemin du laboratoire pour une journée qui se terminera tard. En effet il faut finaliser les présentations qui ont lieu le lendemain.

Remplis sous: Non classé 2 Commentaires
7Juil/116

Rio Quente : rivière chaude

Posted by yann

Au brésil, tout est grand, même les week-end. En effet le notre va durer 4 jours ;-), nous permettre de visiter 3 villes et parcourir 1300 km.

Nous revoilà donc debout de bonne heure, pour partir de Brasília en direction Caldas Novas et Rio Quente (rivière chaude).

Eduardo décide de passer par la route pour nous faire découvrir l'intérieur du pays, un peu eloigné des grands axes. Très bonne idée. Voici l'itinéraire complet de notre périple :

La route est assez sinueuse et souvent de mauvaise qualité. Nous avons 350 km à faire. Cela risque d'être long. Cependant ce paysage de "Cerrado" est magnifique et le route n'est pas monotone.

Après 2/3 heure de route (il est quasiment midi) nous nous arrêtons dans un petit village. Béthania achète des fruits (mandarines et bananes) et nous prenons une petite pause pour se réhydrater manger un morceau.

Nous reprenons la route, et quelques bizarreries attirent notre attention : la jauge d'essence indique la réserve alors que nous avons fait le plein avant de partir... puis quelques minutes plus tard, elle indique un 3/4 plein, pour de nouveau indiquer que le réservoir est vide 5 minutes plus tard!!!! De même la voiture se comporte bizarrement, lors d'un dépassement elle arrête d'accélérer!!! puis reprend... tout ceci n'est pas très bon. Nous soupçonnons un problème électronique. On décide alors de se garer sur l'accotement, d'arrêter la voiture pour ré-initialiser les programmes de l’électronique. Et là, mauvaise surprise, la voiture ne démarre plus du tout, plus de contact. Rien. C'est une voiture de location toute neuve, nous l'avons eu avec 7 km au compteur!

On résume : un bébé à bord, il est midi passé, il faut chaud et on est au milieu de nulle part. Heureusement le portable fonctionne. Eduardo décide d'appeler l'assistance pour un dépannage. Pendant ce temps, Pierre décide d'ouvrir le capot, mais personne n'y croit, avec les voitures récentes, point de salut sans la valise de diagnostic du constructeur. Tant pis, cela ne coûte pas grand chose.

Un rapide coup d'oeil, et l'on découvre que la masse de la batterie est déconnectée de la borne !!! Elle a du être mal serrée au montage et les vibrations des routes brésiliennes n'ont rien arrangé. Après reconnexion, tout est rentré dans l'ordre et nous avons pu finir notre voyage sans problème jusqu'à Caldas Novas puis Rio Quente.

Rio Quente est célèbre pour ses sources chaudes, qui ont été découvertes par Bartolomeu Bueno da Silva (fils), en 1722 et a reçu le nom de Velhas Caldas. La petite ville est située dans une région de climat tropical (chaud et humide avec des pluies) de Novembre à Mars. La température moyenne annuelle est de 23 ° C.

L'activité économique est presque exclusivement basée sur le tourisme, en particulier avec le parc d'attraction aquatique "Rio Quente Resorts", mais il ya un peu d'agriculture, d'élevage et d'industries de transformation.
Pour plus de détails, consultez la page http://en.wikipedia.org/wiki/Rio_Quente

Voici une vue aérienne du parc d'attraction :

et une vue plus générale qui montre que les sources chaudes proviennent d'un volcan endormi :

Le parc est séparé en 2 parties, une partie attraction, ouverte en journée, et un partie piscines thermales ouvertes aussi en soirée.

Nous arrivons vers 16h, trouvons rapidement un hôtel qui va nous permettre de profiter de la partie piscine thermale du parc.

Effectivement l'eau est chaude, et plus on s'approche des sources plus elle est chaude. A sa sortie de terre, elle atteint une température de 37,5° C.

Voila, un bon bain relaxant après cette journée un peu éprouvante 😀 et c'est l'heure de rejoindre l'hôtel (sans wifi d'ou le retard dans l'écriture des articles!).

Demain, nous découvrirons comment il est possible d'avoir une plage et des vagues en plein milieu du brésil!

Remplis sous: Non classé 6 Commentaires
4Juil/111

BR-060 to Brasília

Posted by yann

Ce matin, j'ai bien failli louper le réveil... 5 petites heures de sommeil, c'est peu et je me suis loupé en programmant mon téléphone! surement la fatigue. Bref réveillé par le jour qui se lève, à 7h10 pour être au petit déjeuner à 7h30... ça fait peu. Une douche et quelques rangements plus tard, je suis en bas avec le reste de la troupe pour partager un déjeuner brésilien, café, brioche, jus de fraise et fruits frais.

On remonte dans les chambres pour fermer les valises et hop c'est le départ vers Brasília, la capitale. Eduardo veut nous montrer l'architecture typique de cette ville, et nous raconter son histoire tout aussi typique.

Nous avons environ 200km à parcourir sur une 2 x2 voies.

[iframe width="425" height="350" src="http://maps.google.com/maps?saddr=Goi%C3%A2nia+-+Goi%C3%A1s,+Br%C3%A9sil&daddr=Brasilia+-+District+f%C3%A9d%C3%A9ral,+Brasil&hl=fr&ie=UTF8&ll=-16.227861,-48.598022&spn=1.613888,2.469177&sll=-16.417644,-48.257446&sspn=1.612324,2.469177&geocode=Fa2EAf8dUjwQ_Sn3jCTh7fBekzHRH8HQv__tug%3BFcw2D_8drqgk_SmjkVvkGD1akzF_XdgLYtPoJA&mra=ls&t=h&z=9"]

Le paysage change au cours du parcours. Nous rencontrons une campagne de plus en plus valonnée et la végétation devient plus clairesemée. C'est le "Cerrado" (http://en.wikipedia.org/wiki/Cerrado), un écosystème complet d'une grand biodiversité.

Puis nous arrivons doucement sur Brasília. L'histoire de la capitale la plus jeune du monde est très intéressante. Je vous invite donc à lire les deux articles suivants :

qui vous permettront de comprendre l'image suivante :

La visite de Brasilia commence par le mémorial de son fondateur : Juscelino Kubitschek (http://fr.wikipedia.org/wiki/Juscelino_Kubitschek)

Nous continuons vers le congrès et les ministères :

L'architecture très moderne est l'oeuvre de l'architecte Oscar Niemeyer (http://fr.wikipedia.org/wiki/Oscar_Niemeyer).

Après s'être reposé un long moment à l'hôtel, nous reprenons la visite, mais de nuit cette fois.

Cette vue est prise depuis l'antenne de télévision et on devine au fond le congrès. On monte sur la plate-forme par un ascenseur. Si vous avez le vertige comme moi, je vous le déconseille fortement!. Puis nous terminons par le Palais présidentiel d'Alvorada.

Nous rentrons à l'hôtel pour une nuit de sommeil qui ne devrait pas être écourtée.

Remplis sous: Non classé 1 commentaire